L’homme, auquel nous rendons hommage sur ce site, est celui grâce à qui la musique s’est élevée au rang d’art. Artiste aux mille visages, caméléon du rock, ovni de la pop… jamais un seul homme n’a eu autant de qualificatifs au cours de sa carrière. Carrière exceptionnelle, qui dure depuis cinq décennies, traversant les époques et inspirant des générations d’artistes à travers le monde.

David Robert Jones est né le 8 janvier 1947, à Brixton, quartier situé dans le sud de Londres. A l’âge de treize ans, inspiré par le jazz du London West End, il appela son ami Ronnie Ross pour des cours de saxophone. Les premiers groupes dans lesquels il joue – The Kon-Rads, The King Bees, The Mannish Boys, The Lower Third – l’introduisirent dans le monde la pop et du mouvement mod de Londres des années soixante. En 1966, David Bowie est né: cheveux longs, aspirations à la célébrité… il devient un artiste solo et signe chez Deram Records avec Kenneth Pitt comme manager. Premier album en 1967: simplement intitulé David Bowie, l’album ne marquera pas les esprits. Il lui faudra attendre deux ans pour connaître un premier succès avec Space Oddity, en 1969, qui se classera cinquième dans les charts anglais. L’album qui suit, également intitulé David Bowie, édité par Philips et Mercury, ne connaîtra pas le succès remporté par Space Oddity.

The Man Who Sold The World, sorti en avril 1971, emporte Bowie aux Etats-Unis et marque le premier pilier créatif de la carrière de Bowie. Suite à la promotion américaine de l’album, le jeune homme de vingt-trois ans signe chez RCA et sort Hunky Dory en décembre 1971, qui contient le somptueux Life On Mars. Quelques mois seulement après, David Bowie sort l’album qui le révèlera au monde entier: The Rise and Fall of Ziggy Stardust and The Spiders from Mars. La naissance du mythe prend forme.

Une longue tournée l’emmènera aux Etats-Unis, ainsi qu’au Japon, où il verra sa popularité grandir. En pleine Ziggymania, en avril 1973, Aladdin Sane sort dans les bacs. Le 3 juin 1973, lors du dernier concert de sa tournée, au Hammersmith Odeon à Londres, il se retire définitivement de la scène en tant que Ziggy Stardust. Il passera quelques jours en France pour l’enregistrement de Pin Ups, collection de reprises de ses chansons favorites des années soixante. Diamond Dogs, qui sort un an après, ramène le chanteur aux Etats-Unis où il entame sa plus grande tournée américaine: décor géant, chorégraphies, concert divisé en plusieurs tableaux… Un moment magique qui sera enregistré pour la postérité, ainsi que pour les fans du reste du monde, sous la forme de David Live.

Son long séjour aux Etats-Unis l’inspirera grandement, et il le prouvera avec Young Americans aux sonorités soul en 1975. Fame, single tiré de l’album, et écrite en collaboration avec John Lennon, deviendra son premier numéro un aux charts aux USA. La même année, il tourne dans The Man Who Fell To Earth de Nic Roeg, son premier film de science-fiction devenu culte. Aussitôt le film terminé, il rentre en studio et enregistre Station to Station, avant de partir en tournée mondiale avec son White Light Tour.

Peu de temps après la fin de sa tournée, il s’envole à Berlin avec Iggy Pop, où il enregistrera The Idiot et Lust For Life pour son ami. Il en profitera pour collaborer avec Brian Eno sur Low, ainsi que « Heroes » qui sortent en 1977. David Bowie se laisse amuser par des expérimentations sur ces deux albums, enregistrant des instrumentaux et créant ainsi les premières bases de la musique new-wave à venir. Stage, qui sort l’année suivante et deuxième album live de Bowie, retrace la tournée mondiale qui suivie la sortie de « Heroes« . Relocalisation en Suisse et quelques séjours en France pour enregistrer Lodger en 1979, Bowie se consacrera ensuite à répéter pour sa prestation de la pièce The Elephant Man à New York en septembre 1980.

Le même mois, il sort Scary Monsters (And Super Creeps), et enregistre Under Pressure avec Queen en 1981. Il se retirera du monde musical quelques temps, se concentrant pleinement à sa carrière d’acteur tout au long de l’année 1982 avec The Hunger et Merry Christmas Mr. Lawrence. 

En 1983, signé chez EMI, il sort Let’s Dance, produit avec Nile Rodgers du groupe Chic. Bowie entre définitivement dans le monde mainstream de la pop, avec des clips diffusés sur MTV et une importante tournée mondiale, The Serious Moonlight Tour. Cet album reste à ce jour son album le plus vendu au monde. David Bowie continue sur sa métamorphose en superstar des années 80 avec Tonight, qui donnera les singles Loving The Alien, Blue Jean et la chanson titre en duo avec Tina Turner. The Glass Spider Tour, en 1987, en soutien à l’album Never Let Me Down, fait garder à Bowie sa grande popularité grâce à des chansons taillées pour la radio FM. 

En 1988, à la surprise générale, il forme Tin Machine, groupe de rock alternatif composé des Sales Brothers et Reeves Gabrels. Le groupe sortira deux albums au succès plutôt discret, avant sa séparation en 1992.

Il revient avec Nile Rodgers en tant qu’artiste solo avec Black Tie White Noise, en 1993. Deux ans plus tard, il collaborera à nouveau avec Brian Eno pour l’excellent 1.Outside. Il partira en tournée promouvoir ce nouvel opus avec le groupe Nine Inch Nails en 1996. L’année suivante, il sort Earthling, portant une veste signée Alexander McQueen sur la pochette. Artiste avant-gardiste, il devient le premier artiste à mettre en téléchargement sur Internet Telling Lies, chanson tirée de son dernier album, en 1996. Toujours en avance sur son temps, il lance son site officiel en 1998, devenant ainsi le tout premier site Internet officiel d’un artiste. Toujours occupé, il trouve malgré tout le temps d’enregistrer un nouvel album qui sort en 1999, ‘Hours…’.

Aux débuts des années 2000, il recontacte Tony Visconti, qui a produit Scary Monsters, Heroes ou encore Low. Leur nouvelle collaboration donnera naissance aux albums Heathen et Reality, respectivement en 2002 et 2003. Il entamera une nouvelle tournée mondiale, A Reality Tour, en 2003 et 2004. Puis… plus rien. Plus d’albums. Plus de tournées. Quelques rares apparitions dans des évènements mondains, un petit rôle dans The Prestige en 2006… Et soudain, en 2013, le 8 janvier, jour de son anniversaire, David Bowie annonce son grand retour musical avec The Next Day, sorti en mars. Trois ans plus tard, le jour de son 69e anniversaire, Blackstar, son dernier album studio, sort.